Le trésor de Marie- Antoinette

Toile de Thomas Falcon Marshall (1854)

 Nous sommes en 1904, j’ai 16 ans. Je suis une adolescente parfaite, fille d’un musicien de renommée. En disant parfaite, c’est qu’on me gâtait toujours. Tout ce que je demandais me tombait du ciel comme de la pluie battante. Par exemple, j’avais demandé à Père la plus belle robe de la grande Bretagne à l’occasion de mon 15èmeanniversaire, et j’en reçus    des douzaines !

Je m’ennuie. Père n’est pas là, il part chez des amis, et mère tricote dans sa chambre. Alors, je sors me promener sur mon cheval, Alexis. Soudain, mon cheval commence à se cabrer. Il a certainement vu quelque chose d’extraordinaire. Je descends de ma monture et, en effet, je trouve une pierre précieuse pareille à un diamant. Mais que fait- elle donc ici ? Quel est son secret ?

J’ai pris le soin de la nettoyer et de la cacher dans un lieu sûr. Je suis revenue à la maison et me suis dirigée vers notre ancienne bibliothèque. J’ai commencé par chercher les livres qui décrivent les pierres précieuses. Enfin, voilà la page qui décrit ce diamant ! J’ai lu que c’était une pierre unique qui appartenait à Marie- Antoinette et qu’elle l’avait perdue lors d’une de ses promenades avec le roi Louis XVI . Heureusement, j’ai mon partenaire d’aventures :Emile.

Emile est mon cousin .Il a le même âge que moi et nous avons plusieurs points en commun : comme lire et s’aventurer tout le temps. Alors, je frappe à la porte de sa chambre en criant son nom. Je lui raconte ce qui s’est passé et vite nous courons vers l’endroit où j’avais trouvé la pierre. Et devinez ce que nous avons trouvé, un coffret plein de joyaux ! Un trésor ! Alors, nous avons signé un pacte tous les deux afin de ne rien dire à personne et de cacher le coffret chez moi, dans ma chambre. 

Un jour, alors que Père était revenu de son voyage avec plein de cadeaux, j’eus la stupidité de laisser le coffre à trésor ouvert. Père, qui entra dans ma chambre sans ma permission pour me donner mes cadeaux, trouva notre trésor, des livres qui décrivent le diamant et quelques notes que j’avais prises. Et là, toute notre découverte est tombée à l’eau. L’avidité et la cupidité sont nées en Père dès l’instant où il a vu le coffret. Il sortit brusquement de la maison pour me chercher dehors, et il nous a trouvés Emile et moi en train d’inspecter la zone où nous avons trouvé le coffret, et où nous nous rendions chaque jour, dans l’espoir de faire une autre découverte.

 Malheureusement, Père prit un autre chemin pour arriver jusqu’à nous et sur celui-ci, il y avait un piège pour ne pas accéder au trésor. Hélas, mon père tomba dans ce fossé à jamais et personne ne put le sortir de là. J’étais tellement bouleversée par cet incident marquant que je n’ai pas pu quitter mon lit pendant des jours.

Jusqu’à maintenant, nous avons survécu  Mère, Emile et moi, grâce au trésor de Marie-Antoinette, car sans cela, nous aurions eu du mal à survivre sans mon pauvre père.

 


Nissrine Ajbour : une grande passionée de lecture, d'écriture et de photographie, âgée de 14 ans et élève en 3 ème année du collège à Tiznit.

Auteur: 
Nissrine Ajbour