Les raisins de la résilience

Quitterie Berchon

Commencer 2019 avec la nouvelle du jugement de dissolution, c’est un peu comme se réveiller un dimanche avec la gueule de bois après une soirée endiablée. La tête dans le cul, un peu sonnée par ce retour de bâton, mais baignant tranquillement et sereinement dans le souvenir bienheureux des folles festivités de la veille. Un bon gros mal de crâne mais toujours le sourire aux lèvres. Et puis, finalement, on se dit en rigolant : «  Ben, de toute façon, ça en valait bien la peine ! »

Racines, c’est pareil. Dissolution ou non, de toute façon, ça en valait la peine. Depuis huit ans, elle milite, se bat, organise, conçoit, construit, et tout ça dans la joie et dans la bonne humeur. Alors oui si c’était à refaire, rien ne serait changé. 

Et puis,  pour moi,  Racines, c’est surtout, au-delà de ses murs, de son équipe, de ses activités, une école de pensée. Personnellement, ça a d’abord été une école tout court. J’y ai appris tout un tas de choses. Après, il suffit tout simplement d’un brin d’humanisme, d’une dose généreuse d’idéalisme, et surtout d’un optimisme déchaîné et un peu fou, pour se mettre à penser Racines.  

Or, vouloir dissoudre une école de pensée, c’est un peu comme vouloir trancher une mouche en deux au vol : c’est légèrement prétentieux, mais surtout impossible. 

Si les censeurs se sont frottés  les mains à l’idée bien juteuse de pouvoir enfin museler ces grandes gueules de militants associatifs bohèmes et idéalistes – la bonne affaire ! -, ils se sont fourrés  les dix doigts dans l’œil. Car fermez-nous la porte au nez, nous rentrerons par la fenêtre. Parce que, gueule de bois ok, mais langue de bois ou langue coupée, non. 

Et puis, tout le monde le sait, quel est le meilleur traitement pour une gueule de bois ? Le mal par le mal ! Alors oui, en 2019, l’alcool, tout comme les paroles libres, les discours non filtrés continueront à couler tranquillement à grands flots, que vous ne pourrez tarir. 


Quitterie Berchon : Chargée de projets - Racines, Casablanca (Maroc)

Auteur: 
Quitterie Berchon