Racines plonge dans la culture marocaine en utilisant les moyens de gestion les plus modernes

Abbas Mseffer

Que dire de Racines? Beaucoup de choses magnifiques qui ne se finiraient jamais. Je peux dire que j'ai eu de la chance de rencontrer cette association. En effet, féru de cinéma et de culture qui fait bouger les a priori et les choses établies, j'ai dû chercher  longtemps avant de trouver cette bande de passionné.e.s de culture au service du développement de notre pays. Et pourtant, j'ai failli ne plus croire dans le fait qu'il y avait une possibilité d'avoir une culture qui parle aux Marocains. Une culture qui tient compte de leurs attentes. Malgré le discours négatif ambiant qui répétait sans cesse que les Marocains ne s'intéressaient pas à la culture, qu'il n' y avait pas de marché pour cette dernière, qu'il n' y avait que les riches et les nantis qui savaient interpréter les oeuvres et qui avaient le droit de parler de culture, je persistais à espérer trouver une organisation, des aliens qui allaient défendre la culture marocaine  non pas avec des discours soporifiques folkloriques mais avec des actions concrètes précédées d'objectifs clairs, rationnels et pragmatiques. Une association qui irait plonger dans la culture marocaine dans toute sa diversité, sa richesse et son authenticité en utilisant les moyens de gestion les plus modernes. 

En 2012, j'ai eu la chance d'être accepté comme membre de l'association Racines. Dès le départ, j'ai été subjugué par la méthode de gestion moderne utilisée par le staff. Venant du secteur privé avec une expérience dans le marketing, je n'aurais jamais pensé pouvoir trouver une association qui faisait des études de marché, qui étudiait le marché de la culture, qui essayait de comprendre et d'analyser les attentes et les freins des "consommateurs culturels", qui mettait en place une véritable stratégie de recherche de fonds, qui nouait des partenariats solides et qui capitalisait sur les moyens de communication les plus modernes pour communiquer sur les actions, pour convaincre les jeunes etc... J'ai retrouvé dans Racines tous les ingrédients d'une structure moderne que même les plus grandes entreprises du pays avaient du mal à mettre en place ou refusaient de mettre en place. 

En plus de tous les volets marketing, communication et financiers, il y a un ingrédient qui est capital chez Racines, c'est le management des équipes. En effet, il est très rare de rencontrer des structures où les équipes se donnent à fond menées par leur passion pour la culture et leur pays. Des directeurs, des coordinateurs , des chargés de programmes, des stagiaires se côtoient, échangent sans aucun a priori hiérarchique pour donner lieu à une créativité sans limite.  Il en est né, entre autre, des actions structurantes comme Les Mercredis de Racines qui ont donné la parole aux partis politiques pour voir comment intégrer la culture dans leurs programmes. Que de belles discussions dans un lieu qu'ils ont tant chéri et défendu, les Anciens Abattoirs de Casablanca. Des ateliers par secteur culturel ont été lancés pour comprendre les problèmes de chaque domaine et essayer d'apporter des solutions. Il est incroyable également de constater l'état d'esprit de ces travailleurs de la culture, l'orientation solution. Tous les débats commencent avec cette devise "Une critique, une proposition", preuve s'il en faut encore de l’absence de critique stérile chez ces gens là. 

Autre action mémorable : Les Etats Généraux de la Culture permettant de faire un bilan du secteur de la culture et d'apporter des solutions actionnables. Mais qui a osé avant Racines, dans toute l'histoire du Maroc, initier cette réflexion profonde et bénéfique? Autres faits: l'étude sur la consommation de la culture chez les Marocains, Art Map, l'Incubateur racines Carrées qui est pour moi la plus belle initiative culturelle jamais réalisée puisqu'elle permet enfin à des jeunes et des moins jeunes d'avoir les moyens de créer un projet culturel viable. Ne dit-on pas que le Maroc n'arrive pas à diversifier ses activités pour trouver des emplois pour les jeunes mais que faisons-nous réellement pour les jeunes ? Pourquoi ne cherche-t-on pas à leur donner les moyens de leurs ambitions, de leurs rêves? Racines l'a fait en mettant en place cet incubateur d'entreprises culturelles. Qu'ils sont beaux ces visages de jeunes qui apprennent un monter un projet basé sur leur passion. 

Autre fait d'arme: Madrassti Al Hilwa qui  a  sensibilisé les citoyens à leurs droits fondamentaux et à la reddition des comptes. La  tournée dans tout le Maroc, avec cette pièce de théâtre où le public interagit avec les acteurs, est une concrétisation de la philosophie de Racines: La culture doit aller à la rencontre du citoyen. Elle ne doit  pas rester cantonner dans les galeries, dans les cinémas, dans les musées, dans les complexes culturels. La culture doit se propager chez le citoyen et l'inviter à participer lui-même à cette réalisation, à cette pièce. Bref, Racines est nécessaire pour notre pays et pour moi aussi (désolé d'être égoïste). Et comme on veut vivre pleinement et non pas survivre :  Longue Vie à Racines. 


Abbas Mseffer : Membre du bureau de Racines et responsable marketing dans une entreprise, Casablanca, Maroc 

Auteur: 
Abbas Mseffer