Vous ne prendrez pas Racines…

Dounia Benslimane

Lorsque nous avons lancé Racines en 2010, avec un petit groupe d’acteurs culturels et amis casablancais, j’étais loin d’imaginer que nous étions en train de poser les premières pierres de ce qui allait être la plus belle aventure de ma vie. 

Je suis médecin. J’ai étudié à la faculté de médecine de Casablanca. Huit longues années d’études compliquées, de stages douloureux en milieu hospitalier, qui ont fini par avoir raison de mon envie de pratiquer ce que j’ai toujours considéré comme le métier le plus noble du monde. J’ai donc rejoint le monde de l’entreprise. 

Je vivais dans ma bulle, je lisais beaucoup, allais au cinéma, à des concerts, j’écoutais de la musique...Mon éducation et ma famille m’ont permis d’obtenir ces acquis. Je regardais le monde et la société marocaine à travers un prisme que je m’étais moi-même construit, selon un système de valeurs que je qualifierais de « spontanément progressiste et humaniste ». 

Ma rencontre avec le monde de la culture a changé ma vie. Créer Racines, y travailler et la développer l’a bouleversée. 

Racines a misé, dans son travail, sur la culture comme solution alternative efficace au développement. D’abord celui de l’individu (émancipation, esprit critique, liberté d’expression), puis au niveau social (cohésion, vivre-ensemble, respect, diversité), et enfin économique, car la culture peut être une véritable source de richesse, d’emplois et de croissance économique. 

Il faut constamment le (re)démontrer à nos décideurs mais également aux professionnels, au public, aux artistes, etc. En commençant par le commencement, à travers un diagnostic du secteur, un mapping, des enquêtes, des études, des rencontres et une évaluation régulière, en présence de toutes ces parties prenantes. 

Le travail de terrain nous a poussés à adapter notre approche, et par conséquent nos activités. Nous avons fait des formations aux métiers de la culture, monté un incubateur pour accompagner des projets artistiques, organisé des ateliers pour renforcer les capacités des jeunes et des associations au plaidoyer, à l’émancipation et à la participation politique. Nous avons recouru à des outils d’action culturelle, dans l’espace public, pour donner accès au plus grand nombre à la culture et les sensibiliser à des valeurs universelles de liberté d’expression, de redevabilité, de démocratie, de diversité, etc. 

En quelques années, cette approche a permis à Racines d’élargir son réseau (au Maroc et au-delà), de faire entendre sa voix auprès d’institutions gouvernementales, intergouvernementales et non gouvernementales et surtout de proposer un modèle de travail, par la politique culturelle, qui sera repris et défendu sous d’autres cieux (dans le monde arabe et en Afrique). 

Mais le plus beau dans cette aventure, ce sont les histoires humaines. C’est la lueur dans les yeux des enfants et des adultes, leurs rires et parfois leurs larmes devant un spectacle de théâtre. Ce sont les conversations animées avec des jeunes engagés et militants à Tanger, Safi, Guelmim, Azrou ou Laayoune…

C’est la mixité (femmes, hommes, enfants, vieux, jeunes) qui se crée autour d’une parade, d’un film, d’une pièce de théâtre…

Ce sont les histoires – heureuses et malheureuses – et les rêves qui se partagent lors des débats et des rencontres.

Ce sont les espoirs qui s’expriment pour un Maroc meilleur, pour une société juste et égalitaire, pour une meilleure éducation et un avenir plus rayonnant. 

C’est aussi toute cette énergie que nous avons reçue et transmise à des dizaines de jeunes qui nous ont rejoints comme collaborateurs, stagiaires, volontaires ou bénévoles. 

Ce sont ces liens qui se sont tissés dans cette communauté, cette famille, dont les membres sont au Maroc, en France, en Egypte, en Tunisie, au Canada, en Algérie, au Cameroun, en Suisse…

Beaucoup nous ont prévenus que nous prenions des risques, que c’était un combat perdu d’avance, que toute cette énergie dépensée ne valait pas le coup, que rien ne changerait jamais dans « le plus beau pays du monde »…

Certaines personnes ont cru en nous, en nos missions, en nos engagements et ont partagé notre rêve de changement positif pour ce pays. 

Merci à elles…Nous ferons tout pour continuer. 


Dounia Benslimane : Co-fondatrice de Racines, directrice des partenariats et développement, Casablanca, (Maroc)

 

 

Auteur: 
Dounia Benslimane